Le vélo comme moyen de promouvoir la mobilité durable

vélo libre service

Selon l’étude Ipsos « Cycling in the World », le vélo est le moyen de transport le plus soutenu par la population : 82% de la population mondiale, en moyenne, a une opinion favorable sur ce moyen de transport. Et la vérité est que le vélo constitue un moyen économique et écologique de se déplacer, devenant une alternative durable fondamentale pour la décarbonisation des transports légers.

Rouler pour l’environnement

Il existe un consensus mondial sur le rôle clé du vélo dans la réduction des émissions de carbone. Selon la Banque mondiale, le transport durable est un élément essentiel pour promouvoir une croissance inclusive, élargir l’accès aux services essentiels et lutter contre le changement climatique. « Repenser la mobilité est désormais une priorité pour améliorer la résilience des pays et créer les conditions d’une reprise plus verte et plus inclusive », déclare la Banque mondiale.

Dans la « Déclaration européenne sur l’utilisation de la bicyclette », l’Union européenne a exprimé l’engagement des pays membres à construire davantage de pistes cyclables et de parkings sécurisés, à améliorer la sécurité des cyclistes et à promouvoir des plans visant à encourager le passage des quatre roues aux deux roues.  « Notre objectif est de libérer tout le potentiel de l’utilisation de la bicyclette dans l’Union. Cette déclaration reconnaît l’utilisation de la bicyclette comme l’un des moyens de transport et de loisirs les plus durables, les plus accessibles et les plus inclusifs, avec un faible coût et des avantages pour la santé. Elle reconnaît également son importance capitale pour la société et l’économie européennes », peut-on lire dans le texte.

A cet effet, toutes les collectivités, les entreprises, les organismes divers sont conseillés de passer à la mobilité douce. Avec un partenaire efficace comme Green On, cela est tout à fait possible d’implémenter une politique performante pour promouvoir la pratique du vélo. Green On offre de large gamme de services se focalisant sur la mobilité à vélo (agencement de stationnement pour vélo, location de vélo électrique, fournisseur de vélo sur mesure…) dont le vélo libre service.

Individu sain, société saine

Les personnes qui adoptent le vélo comme mode de déplacement habituel commencent à bénéficier très rapidement de :

  • Une amélioration de leur santé physique : amélioration de la musculature, de la circulation sanguine et des articulations.
  • Il réduit le risque d’accident vasculaire cérébral ;
  • Il renforce le dos et prévient les hernies discales.

Tout aussi important, le vélo est également bénéfique pour la santé mentale : le cerveau reçoit plus d’oxygène, ce qui facilite la réflexion. Une étude publiée il y a quelques mois a montré que les enfants qui se rendaient à l’école à vélo obtenaient de meilleures notes que les autres. C’ est également prouvé que les cyclistes réguliers souffrent moins de maladies psychologiques et de dépression grâce à une plus grande production d’antidépresseurs naturels tels que les endorphines.

Des économies pour le porte-monnaie et les finances publiques

D’un point de vue économique, le vélo a toujours été le meilleur moyen de se déplacer, après la marche à pied. Tant l’investissement initial que les frais d’entretien sont infiniment moins élevés que les autres moyens privés et le vélo n’a besoin ni de carburant ni d’assurance. C’est pourquoi le vélo est la meilleure solution pour les personnes disposant de moyens limités et dont le lieu de travail est proche. En même temps, c’est aussi le mode choisi par l’épargnant qui préfère investir son argent dans d’autres choses que le transport local, comme les vacances, l’éducation ou la protection sociale.

Au niveau sociétal, la promotion du vélo, en facilitant son accès par la mise en place d’aménagements cyclables publics, de pistes cyclables ou de campagnes de sécurité routière – permet d’économiser sur les dépenses publiques consacrées aux maladies cardio-respiratoires, répandues dans notre société en raison de la mauvaise qualité de l’air et des dangers cardiovasculaires tels que le tabac, l’abus d’alcool, la sédentarité et les régimes alimentaires déséquilibrés ; en d’autres termes, elle favorise une réponse plus préventive et moins réactive, sous la forme de médicaments.